Froum-test


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Présa Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

E² A N S

Messages : 176
Date d'inscription : 13/10/2014




MessageSujet: Présa Ethan Ven 21 Nov - 11:11


Belle journée de juin. Quoi de plus propice pour passer la journée avec la femme qu'il aime ? C'est ce que Mr Moore pensait en accompagnant celle qu'il aime dans une marche agréable. Ce n'était peut-être pas conseillé, vu le ventre très arrondie qu'elle avait, mais elle ne s'en inquiétait pas. Mme Moore était du genre à profiter de la vie et attendre de voir ce qu'elle lui réserve. C'est d'ailleurs grâce à cette philosophie de vie qu'elle a rencontré son mari avec qui elle coule des jours heureux depuis six belles années. Ils ont tout pour être envier : une grande villa dans les quartiers chics de New York, une belle voiture toute neuve, un grand jardin, des belles barrières blanches et un chien adorable. Le tableau parfait allait se compléter et se terminer d'ici peu de temps, car ils attendait leur premier – et unique – enfant. Curieux, ils n'avaient pas réussi à patienter jusqu'au terme, alors ils savaient que le petit être se trouvant dans le ventre proéminent de Mme Moore était un garçon. Tout était déjà prévu d'avance : sa chambre, ses prénoms, son parcours scolaires, son métier. Absolument chaque détail avait vu et revu pour que ce petit puisse avoir une vie radieuse.

Sauf que.


Oui, on ne peut pas toujours décider dans la vie et ce fut en ce jour du 11 juin 1988 que les futurs parents l'apprirent à leur dépend. Parce que ce n'était pas le bon jour prévu pour que la jeune mère accouche. Parce que son mari n'avait pas prévu qu'elle perdrait les eaux en plein milieu du parc de leur banlieue. Parce que la jeune femme venait de tourner de l’œil. Parce que l'ambulance avait mis un quart d'heure avant d'arriver, alors que l'hôpital se trouvait à moins de cinq minutes. Et ce n'était que le début. Mme Moore ne reprenant pas connaissance, Mr Moore s'inquiétait de plus en plus. L'accouchement par voie naturelle n'était pas possible. La jeune femme était si paisible dans son sommeil que l'on pourrait croire qu'elle était morte. Les contractions ne la firent pas bouger d'un pouce. Son visage ne reflétait aucune émotion. Comme si tous sentiments avaient fuit de son corps. Deux heures après, le petit Ethan Oliver Moore naissait, quelques minutes avant que sa mère ne reprenne connaissance.

A partir de ce moment-là, les nouveaux parents changèrent totalement. Mme Moore semblait froide et dénué de toutes émotions, quelles qu'elles soient. Mr Moore semblait perdu dans une nervosité et un agacement quotidien. Comme si ce qu'ils avaient ressenti au moment de l'accouchement s'était figé et avait balayé le reste de leur caractère, ne laissant que ces traits les plus forts. Et cela ne fit que s'accentuer avec leur travail respectif. L'homme était dirigeant d'une grande entreprise dans l'import-export et sa femme vivait à son crochet, profitant perfidement de cet argent qui lui arrivait dans les mains. Leurs amis furent surpris, mais pas tant que ça. Normal, ils faisaient tous partis de ce monde. Et les uns après les autres chutaient dans cette hypocrisie ambiante, n'hésitant pas à réduire à néant l'autre d'une façon narquoise. La société façonne l'homme à sa façon.

Le petit Ethan dans tout cela avait acquit la pureté qui avait quitté ses parents durent sa mise au monde. Il avait ces yeux bleu azur scintillants, ce sourire charmeur qui faisait craquer toutes les mères de famille et cette façon adorable de se comporter avec le monde entier. Chaste. Innocent. La civilisation humaine ne l'avait pas encore assombri. Patience, patience. Les plans qui avaient été fait pour lui avant sa naissance furent appliqués à la lettre. Hors de questions qu'il manque de quoique ce soit et qu'il devienne un bon à rien. Tout se passait normalement. Il allait à la messe, il souriait et était sage, son air mignon se développait de plus en plus, faisait toujours craquer les mères, mais aussi leur fille. Il était promis à un grand avenir.

Mais.


Tout avait bien failli se briser. L'année de ses onze ans, il vit avec surprise un énorme camion arriver dans la maison d'en face. Il n'avait jamais su que cette maison était vide, avant. Il s'en fichait. Il voulait savoir qui viendrait en face d'eux et cette pensée le taraudait. A peine installé, ses parents étaient allés rencontrer les nouveaux voisins. Évidemment, ils amenèrent leur fils modèle avec eux et l'étonnement fut de taille en découvrant, la nouvelle famille ouvrant la porte, qu'ils avaient aussi un fils. De cinq ans de moi que leur Ethan. Compétition. Jalousie. Hypocrisie. Quand on est un enfant de six ans, on n'en a pas bien l'impression, mais à onze ans, le jeune Moore le ressentait. C'était tellement palpable que c'en était presque étouffant. Il ne préférait pas se concentrer sur cela, mais plus sur le regard vert si jeune qui lui faisait face. Green eyes, blue eyes. On aurait pu croire au yin et au yang. Ethan était la partie noire qui allait bientôt se dévoiler et Nathanaël avait le bout blanc. Pure. Réfléchi. Une rencontre inoubliable.

Jusqu'au jour où tout dérapa. Quelques mois après cette rencontre, les deux garçons, malgré leur différence d'âge, se trouvaient des points communs et s'amusaient ensemble. Mais ce ne sont pas les ressemblances qui rapprochent deux personnes, ce sont les contraires qui s'attirent. Ils aillaient l'apprendre à leur dépend, l'un comme l'autre. La mère d'Ethan l'envoya chez une amie à elle non loin de leur maison, pour lui apporter un livre qu'elle lui avait emprunter. Si elle l'avait fait elle-même, le petit brun serait encore doux, naïf et rempli de cette candeur que tout le monde pourrait lui envier. En quelques heures, son monde basculait. L'amie en question de sa mère lui fit découvrir un monde rempli de luxure, d'interdit, de plaisir jusque là in avouer.

Ethan avait presque douze ans et le système l'avait rappelé à lui.


Ce soir-là, il avait découvert avec une femme plus âgé que lui les penchants terribles du sexe, sous toute leur facette. Il avait goûté à l'impensable et c'est alors que la part sombre du yang se propageait en lui. Le peu de blancheur qui restait dans cette étendu obscure était réduite à presque rien. Presque. Mais qui pourrait seulement croire que l'on peut la raviver ? Il faut être stupide pour y croire, ne serais-ce qu'un instant. En rentrant chez lui, ce soir-là, le garçon mignon s'était transformé en un monstre. Il ferait du mal sur son passage, il le savait au fond de lui, mais toute trace de culpabilité avait disparu. Un enfant si jeune. C'est triste. L'Homme n'est pas mauvais, au départ, c'est la société qui le pousse à le devenir. Et ce jour-là, quand vous basculez dans ce vide immense, personne n'est là pour vous récupérez. Personne.

Quatre ans. Quatre longues années où il arrivait à être d'apparence innocent et parfait. Cette perfection que ses parents ne cessaient de vanter. S'ils savaient. Quatre ans pendant lesquels il entretenait une aventure impensable avec l'amie de sa mère. Ne le juger pas, c'est la faute de l'Homme et la communauté qu'il a créé de ses propres mains. Décrire ce qu'il se passait lors de leur rendez-vous n'est pas une excellente idée. Les souvenirs restent des souvenirs et s'effacent avec le temps. Tout ce qu'il gardait en mémoire, c'était l'intensité de leur lien. C'est tout. Un jour, elle est partie, sans rien dire. Il n'a jamais cherché à la retrouver. Pourquoi faire ? Son esprit divaguait déjà depuis un long moment sur une autre personne. Nul n'aurait pu prédire que cette personne n'était autre que son voisin.

Nathanaël, âgé d'onze ans.


Repas entre la famille Howard et la famille Moore. Le genre d’événement barbant auxquels les enfants n'aiment pas participer. Depuis quatre ans, le brun avait été plus lunatique avec son voisin. Il ne savait pas pourquoi, mais ça ne le dérangeait pas. Et puis, il voyait que le bouclé restait accroché à lui, alors pourquoi se remettre en question ? Ça n'avait pas d'importance. Les adultes parlaient entre eux, pendant qu'eux ne pouvaient rien dire. Question de respect et de tradition. Le dessert terminé, ils furent congédiés et le plus âgé conduit l'autre dans sa chambre. Un rituel normalement destiné à regarder un film ensemble en attendant que leur parent termine de parler. Cette fois-ci fut différente. Ethan avait verrouillé la porte et son voisin à peine assis sur son lit, il l'avait poussé pour qu'il s'allonge, venant au-dessus pour l'embrasser langoureusement. Il avait cassé toute réticence avec force. Un salop ? Non. Pas encore. Ce n'était qu'un baiser, ce jour-là.

Que ce soit un garçon ou une fille, le brun n'y prêtait pas d'attention. Il voulait son voisin et malheureusement pour ce dernier, il avait toujours ce qu'il voulait. Alors après les premiers doutes dissipés, il avait réitéré le baiser. A peine un mois après, d'ailleurs. Il ne pouvait pas s'arrêter là. L’aîné âgé de seize ans ne pouvait pas attendre plus longtemps. Oui, c'est le moment dans la vie où les hormones sont en feu. Mais il ne voulait pas juste coucher avec lui. Il désirait que ce bouclé si frêle rentre dans ce monde avec lui. Le tirer dedans, le regarder y tomber et y prendre résidence avec lui. Cette fois-ci, alors que le repas venait de se finir, ils couchèrent ensemble et.. plus que ça.

Depuis ce jour-là, tout fut plus facile. Le bouclé restait accroché à son voisin comme une huître à son rocher et même s'il croyait qu'ils sortaient ensemble, il n'en était rien pour l'homme qui l'avait entraîné dans ces jeux dangereux. Il était juste sa possession, son jouet avec lequel il pouvait vivre son côté sombre. C'était excitant, interdit et tellement bon. Bien sûr, il n'avait jamais parlé du fait qu'il avait une petite amie en parallèle au lycée. Aliénor, cheftaine des cheerleaders. Normal, quand on est le capitaine de l'équipe de football. Une double vie qu'il menait très bien. Cette situation lui plaisait totalement. Avec la brune, il montrait sa perfection que ses parents adoraient tant. Il faisait bonne figure devant tout le monde. Avec le bouclé, il laissait vivre sa part de prohibition qui le brûlait de toute part. Tout était parfait comme ça.

Soudainement.


Quatre années de mensonge. Tromperie. Moquerie. Quatre années parfaites pendant que son plan fonctionnait à merveille. Ce chiffre quatre qui revient. Un signe. Car quatre ans après la formation de cette équilibre, on lui retirait une part et la balance tomba violemment de l'autre côté. Il s'en souviendra toujours. Ethan avait vingt ans et faisait une brillante scolarité dans une grande école de management d'entreprise. Comme le voulait son père. En rentrant de l'université, un jour, il vit cette voiture garée devant chez son voisin. Une Ferrari noire. Son sang se glaçait. Il avait un mauvais pressentiment. Celui-ci se confirmait en voyant les Howards mettre leur fils dedans. La voiture s'éloignait rapidement, de l'autre sens d'où le plus âge venait. Son cœur se serrait fortement. Si fort qu'il en eut le souffle coupé et qu'il chancela sur ses pieds. Il l'apprit le soir-même dans un repas entre leur famille : ils venaient d'envoyer Nathanaël dans un pensionnat.

Et maintenant.


Six années ont passé. Comme quoi, le chiffre quatre n'est pas une obligation. Dommage. Il se serait passé de deux années supplémentaires. Soit. Ethan a désormais vingt-six ans. Il est co-directeur de l'entreprise de son père et il gère bons nombres de dossiers d'une façon incroyable pour un homme si jeune. Il n'a plus jamais été au repas entre ses parents et ceux de son voisin emmené loin de lui. Il s'est fait tatoué énormément de tatouage depuis son départ. Uniquement en ayant un lien avec celui de Nathanaël, bien qu'il ne sache pourquoi. Ses parents ne lui disent rien. Leur fils a gagné, pendant que l'autre est en pensionnat. Le brun aux yeux azurs possède une belle voiture. Il a un travail stable et gagne beaucoup d'argents. Et le tableau ne serait pas parfait sans une autre indication : il est fiancé, depuis deux ans. Et le mariage est pour l'été prochain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est

avatar

E² A N S

Messages : 176
Date d'inscription : 13/10/2014




MessageSujet: Re: Présa Ethan Ven 21 Nov - 16:26


Caractéristiques :

Parait toujours froid et associable à première vue ϰ N'aime pas qu'on lui pose trop de questions auxquelles il ne veut pas chercher de répondre ϰ Adore l'hiver, uniquement pour la neige ϰ Possède le même nombre de tatouage que son voisin, chacun ayant un lien avec ceux de ce garçon ϰ Rentre dans le moule que ses parents ont façonné pour lui d'apparence, faisant l'exact opposé derrière leur dos ϰ Ne supporte pas ne pas avoir le contrôle de la situation ϰ Travaille avec son père et est promis à reprendre l'entreprise qu'ils dirigent ensemble pour le moment ϰ Déteste recevoir des ordres ϰ Se moque éperdument de ce que peuvent ressentir les autres ϰ Canalise sa colère en faisant du sport (football, basket, course, etc.) ϰ N'est pas amoureux de sa fiancée, Aliénor et se sert d'elle uniquement pour paraître posé ϰ Se noie dans son travail pour ne pas trop réfléchir ϰ Est infidèle à sa fiancée depuis le départ et ne s'est jamais arrêté, même après le départ de son voisin ϰ Le mariage est pour lui une foutaise, mais si ça peut embellir les apparences si parfaites, pourquoi pas ϰ A rayer plus ou moins son voisin de sa vie.. plus ou moins ϰ N'a pas d'amis proches dans lesquels il peut avoir totalement confiance ϰ Claque sa langue contre son palais quand il est contrarié

Caractère :

Alors qu'à première vue, on croirait ce jeune homme calme, patient et adorable, et bien c'est tout le contraire. Certes, il laisse les apparences faire leur travail, apparaissant comme un garçon bourré de charme et d'intelligence. Évidemment, personne ne peut y résister. Il est comme un aimant qui attire tout sur son passage. Les gens se retournent dans la rue et rare sont ceux qui ne tombe pas dans le panneau de cet habit qu'il porte si bien. « Les apparences sont loin de la réalité » . C'est un fait et cette citation correspond tout à fait à ce jeune brun. Sa nonchalance ne passe pas réellement inaperçu, mais rien qu'avec un sourire bien orchestré, ses petites manies agaçantes sont oubliées. Sa vraie personnalité ? Elle est si sombre qu'il n'y a qu'une personne qui a pu voir cette part de lui. Son besoin violent de dominer prend le pas sur le peu de bonté qu'il subsiste en lui. Il se laisse guider par ses envies personnelles et se fout royalement des répercussions qu'il pourrait y avoir sur les autres. Il est narcissique et devint si obscur que cela pourrait passer pour une dédoublement de personnalité. Il n'en ait rien. Il est saint d'esprit, dans le sens médical du terme, mais ce n'est pas pour autant qu'il ne peut y avoir deux facettes en lui. L'une est quotidienne pour se moquer de la société, alors que l'autre, plus discrète mais largement plus puissante, permet d'exprimer ce qu'il ressent réellement. Il devient possessif, impulsif et jaloux, même s'il ne l'exprime que très peu. Il préfère régler ses comptes d'une manière dérobée plutôt que tout le monde soit au courant. « L'habit ne fait pas le moine ». Tel serait sa devise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est

avatar

E² A N S

Messages : 176
Date d'inscription : 13/10/2014




MessageSujet: Re: Présa Ethan Sam 22 Nov - 16:45

Je me suis "amusée" à essayer de faire un avatar pour toi. Bref :')

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est


“ Contenu sponsorisé ”




MessageSujet: Re: Présa Ethan

Revenir en haut Aller en bas

Présa Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Froum-test :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum-