Froum-test


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin

Admin


    Messages : 209
    Date d'inscription : 30/04/2011

MOre
Test:

MessageSujet: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Lun 3 Juil - 18:35

Un pas en avant, deux pas en arrière
Dans la vie c'est assez frustrant de se dire que rien n'est jamais acquis. On croit avoir réussi à avancer, car la tempête est loin derrière nous sans pour autant se douter qu'il peut y en avoir une seconde, puis une troisième et cela même quelques années plus tard. Non, je ne suis pas là pour déprimer ou dire que dans mon couple tout va mal, car se serait mentir. Je suis marié à l'homme que j'aime même si au début ce n'était pas gagné, j'ai une magnifique maison -payé à ses frais bien entendu- nous somme en plein mois d'été, il fait beau, il fait chaud et pourtant, j'avais l'impression qu'un genre de faussée c'était creusé entre nous, mais le genre de faussé qu'on ne voit pas venir. Où on se réveil à un matin et qu'on se rend compte qu'on est en train de vivre le genre de routine barbante où je me réveil tout les matins seul, car mon mec à un boulot important.

Alors oui, je suis loin d'être malheureux, mais je ne me sens plus heureux. Je n'arrive plus à ressentir ce petit truc au début de notre relation. Les disputes me manqueraient presque, car au moins on arrivait à parler -même si la plupart du temps c'était un discours de sourd- Je fais sans doute un peu ma dramaqueen ce n'est pas faux, mais je me sentais déprimé et c'était insupportable après tout le chemin parcouru, les hôpitaux et les analyses, de se sentir replonger ainsi. Alors, même si c'était pas la meilleure chose à faire, j'avais retrouvé réconfort chez mes amis et mon ex juste pour prétendre aller bien -c'était toujours mieux que de rester à rien faire chez soi vu que j'étais au chômage-

Il m'arrivait de penser à notre dernière vraie relation, le jour de noël, mon premier noël à vrai dire et cela avait été juste magique. J'en souriais rien qu'en y repensant. Les jours passaient et se ressemblaient. Je souriais au monde entier y compris à mon homme, pleurant silencieusement dans la salle de bain pour recommencer le lendemain. Il m'arrivait parfois d'avoir envie de faire comme ma mère, mais était-ce réellement la solution à mes problèmes, car au final je n'arrivais même pas à savoir quel était le réel problème.

Une heure encore très tardive, j'entendais la porte d'entrée s'ouvrir -je n'arrivais pas à dormir de tout de manière après avoir pleurer quelques heures en buvant quelques verres d'une bouteille que j'avais achetée puis cachée sans pour autant faire de mois un mec bourré- J'arborais mon magnifique sourire pour l'accueillir. « Hey » j'embrassais amoureusement ses lèvres. « Je t'ai fait des pâtes carbonisés, mais j'ai commandé un pizza si tu veux » J'avais toujours été nul en cuisine. « Ta journée c'est bien passée ? »
code by lizzou × gifs by tumblr



PS : j'ai pris en compte le nombre de temps qu'on a pas rp avec eux en fait xDD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtest.faireunforum.com
avatar
E² A N S




    Messages : 200
    Date d'inscription : 13/10/2014

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Lun 3 Juil - 19:46

Un pas en avant, deux pas en arrière

Tout va bien. C'est tellement faux de dire une telle chose. Comment tout, dans l'ensemble de son environnement, peut aller bien ? Il y a forcément quelque chose qui ne va pas, une situation bancale que l'on accepte ou non. Quand on refuse de regarder la vérité en face, c'est que l'on se voile la face. Voilà ce que je faisais depuis maintenant plusieurs mois. Après le départ de ma sœur de son poste de PDG, j'avais du reprendre ma place et autant dire que personne ne me faisait de cadeau. Tous les jours, je devais me battre pour prouver ma place – que j'avais depuis le départ – et que j'étais meilleur que ma sœur. Personne ne semblait vouloir l'admettre, mais si je le pouvais, je les licencierai tous juste pour ne plus les entendre me contredire sans cesse. Ma parole passait tellement mieux quand cela venait de ma sœur, j'étais choqué. Ce n'était pas parce qu'elle avait 4 ans de plus que moi qu'elle était meilleure que moi. Je ne comprenais plus ce monde. Néanmoins, chaque employé avait bel et bien compris que je dirigeais la boutique et qu'ils ne devait pas aller trop loin sinon je les sanctionnerais. Tout ce bordel incessant me prenait énormément de temps et je travaillais comme un acharné pour tout reprendre et mener l'entreprise au mieux. Ce n'était pas pour mon père que je le faisais, ou pour tout autre membre de ma famille. Je le faisais pour ma fierté personnelle et pour le confort de mon couple.

Ce soir encore, je travaillais tard et j'allais rentrer à une heure tardive. Je savais qu'Aiden ne me le disait pas, mais cela lui pesait de me voir si peu. Notre couple n'était pas au beau fixe, mais tout allait bien. Il était encore en vie, à mes côtés, souriant chaque jour malgré le peu de temps que j'arrive à lui donner et je crois que c'est grâce à cela que je continuais de me battre pour l'entreprise. Sans cela, j'aurais abandonné depuis bien longtemps. Le jour où il était rentré de l'hôpital, j'avais été l'homme le plus heureux du monde. Il s'était battu alors qu'il était tombé si bas et que je n'avais rien vu. Depuis ce jour-là, je m'étais promis de tout faire pour lui. De veiller à ce qu'il ne manque rien et qu'il continue de sourire chaque jour comme la veille. Pour une fois, je ne ramenais aucun travail à la maison. J'avais envie de profiter de cette soirée, malgré ma fatigue accablante. Ouvrant la porte, je fus accueilli de la plus belle façon : avec mon mari, venant près de moi avant de m'embrasser. Une drôle d'impression me gagnait en sentant ses lèvres contre les miennes, mais je n'y fis pas attention. « Bonsoir » murmurais-je tendrement, en le regardant avec douceur. Et dire que notre relation avait si mal commencé..

Je souriais en l'entendant parler du fait qu'il avait essayé de faire à manger. Mon homme n'est pas un cordon bleu, mais.. est-ce important ? Pas vraiment, non. Je n'étais pas un pro en la matière non plus, donc qui suis-je pour le blâmer ? « Merci beaucoup » soufflais-je en venant près de lui. Sa question me crispait un peu. Je n'aimais pas trop lui parler du travail et.. je n'aimais pas lui mentir non plus. « Fatigante, mais ça va oui » dis-je calmement. Je n'avais pas envie de l'embêter avec ce qu'il se passait dans mon entreprise. C'était mes problèmes et je n'avais pas envie que ce soit les siens aussi. Le gardant contre moi, je m'installais sur le canapé en le faisait se mettre sur mes genoux pour l'étreindre en douceur. Cela devait faire.. plus d'une semaine que je ne l'avais pas avoir eu si près de moi. Sauf la nuit, mais cela ne compte pas. D'ailleurs.. Je ne préférais même pas me remémorer la dernière fois où nous avions fait l'amour. Je ne parle pas de coucher ensemble mais.. Faire l'amour. Pour de vrai.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est
avatar
Admin

Admin


    Messages : 209
    Date d'inscription : 30/04/2011

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Lun 3 Juil - 19:59

Un pas en avant, deux pas en arrière
Les banalités du soir venaient d'être échangées, le repas récupéré et voilà que je me retrouvais dans ses bras. Cela faisait bizarre de me retrouver si proche de lui, car je n'arrivais même pas à me souvenir quand avait été la dernière fois où nous avions réellement dormi ensemble ou partager une réelle conversation. La preuve, nous n'avions rien à nous dire, le calme plat entre nous alors que je continuais de jouer doucement avec ses doigts sans le regarder réellement dans les yeux, ses doigts étaient magnifique. C'était bizarre de penser ça, mais le peu de contact que je pouvais avoir avec lui, me comblait amplement. 

Il avait ramené la pizza avec lui qui avait l'air -soyons honnête- plus appétissante que mes pâtes ratées. Personnellement, je n'avais pas vraiment faim ses derniers temps, alors cette pizza ne me faisait même pas envie. Je le regardais manger en silence, alors qu'aucun sujet de conversation ne venait. Nous n'avions vraiment plus rien à partager ensemble.. « Tu veux regarder un film ce soir ? » Je tentais, mais il avait l'air vraiment fatigué pour le coup. Enfoui dans mon gros pull en laine -oui en plein mois d'été, mais ayant perdu un peu de poids, je commençais à vraiment avoir froid pour rien et la fatigue ne m'aidait pas- « Ou bien... » Je commençais à l'embrasser délicatement dans le cou en faisant glisser ma main sur son entre jambe. « Si t'es pas trop fatigué on pourrait baiser... » Un mot que je n'avais pas employé depuis longtemps, mais c'était le seul mot qui venait à mon esprit, car mon homme était tellement épuisé à cause de son travail -ce que je pouvais comprendre- on couchait ensemble puis pof, dodo, alors oui, c'était la seule chose qui métait venue à l'esprit tandis que je commençais à le chauffer tout doucement.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtest.faireunforum.com
avatar
E² A N S




    Messages : 200
    Date d'inscription : 13/10/2014

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Lun 3 Juil - 20:47

Un pas en avant, deux pas en arrière

Cette proximité me donnait une impression comme.. si je revivais. C'était si rare entre nous que j'en profitais ce soir. Le silence reprenait vite place entre nous, mais je n'y faisais pas attention. Si nous n'avions rien à dire, ce n'était pas grave. Je n'osais pas lui demander comment c'était passé sa journée, car enfermer ici.. Cela ne devait pas être très amusant, mais je ne sais pas quoi faire pour le faire sortir d'ici. Ses amis.. Je ne les aimais pas. J'avais fait un effort pour notre mariage, mais il ne fallait pas non plus trop m'en demander. De la même manière pour son ex. Je trouvais que j'étais très gentil de supporter sa présence dans la vie d'Aaron. C'était ses seuls proches donc.. Je n'allais pas les lui enlever. Je n'avais pas envie de l'enfermer dans une bulle dans laquelle je me recroquevillais depuis bien trop de temps maintenant. L'un contre l'autre, j'oubliais complètement mon travail, me concentrant uniquement sur lui et notre rapprochement physique. J'en oubliais même presque ma faim, mais mon corps me rappelait rapidement à l'ordre. J'allais finir par tomber si en plus de la fatigue, je ne mangeais rien.

Aaron s'assit à mes côtés alors que je mangeais dans le plus grand des silences. Aucun bruit, mise à part ma mastication. Je me retenais de me frotter les yeux pour ne pas montrer à quel point j'avais envie de dormir des heures et des heures sans m'arrêter. Sa proposition me fit hausser les épaules alors que je terminais de manger pour pouvoir répondre. Sauf qu'il me proposait autre chose et malgré la fatigue.. J'étais prêt à dire oui. Mais, une chose m'arrêta brusquement. Je n'avais pas entendu ce mot depuis des années et rien que de l'entendre, je me sentais mal. Je laissais ma pizza de côté. Forcément ses attentions me donnaient chaud et j'avais envie de lui, mais le mot qu'il avait prononcé me calmait directement. Sa main qui descendait sur mon entre jambe fut interceptée par l'un des miennes et je la retirais brusquement. J'avais du mal entendre, pas vrai ?

« Baiser ? »

Le dire me donnait envie de vomir. Mon regard se plantait sur lui alors que notre première fois ensemble me sautait à la gueule. Il y avait un souci. Un énorme souci, même. Pourquoi avait-il employé ce terme ? « Faire l'amour », « coucher ensemble », même « s'envoyer en l'air » m'aurait moins choqué. Mais ce mot , hors de question d'y donner suite. Nous étions mariés, mais encore plus : je l'aime et je suis fou de lui. Ce n'est pas du Aaron prostitué dont je suis tombé amoureux, mais de celui qui s'est peu à peu ouvert à moi – et je ne parle pas de ses cuisses. J'avais aimé sa manière de m'envoyer balader, de sa façon de me séduire et je me détesterais pour le restant de ma vie de lui avoir fait du mal. De l'avoir contraint à quelque chose qu'il ne voulait pas. Oui, oui, sans ça, nous ne serions pas ensemble, mais.. Je pense que si. J'aurais du faire les choses autrement. Sauf que j'étais trop con pour ça.

« Hors de question »

Le ton était froid. Brutal. Nauséeux. Malade. Implacable. Je relâchais brusquement sa main en me relevant. La fatigue n'était plus là, elle avait cédé sa place à de la colère. Contre Aaron ? Non. Contre moi-même. Cette situation était de ma faute. L'homme que j'aime n'aurait jamais utilisé ce terme si tout allait bien. Je prenais mon repas de ce soir – la demi pizza, l'assiette et les couverts – avant de tout mettre à la poubelle. Tout. J'étais furieux et je ne savais pas comment l'extérioriser sans me prendre la tête avec Aaron, sans lui faire du mal d'une quelconque façon, sans tout casser dans notre chez-nous. Alors pour tenter de me calmer, j'éparpillais mes vêtements dans le couloir avant de me réfugier dans la salle de bain. Mettre l'eau en route. Froide, puis brûlante dans la douche. Avant de frapper un grand coup contre le carrelage bien plus résistant que mon corps. Qu'importe mes blessures, j'avais envie plus mal de me rendre compte que.. Rien n'allait bien.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est
avatar
Admin

Admin


    Messages : 209
    Date d'inscription : 30/04/2011

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Lun 3 Juil - 21:04

Un pas en avant, deux pas en arrière
Je fus surpris de voir qu'il n'était pas réceptif de mes mouvements. Alors maintenant, je ne lui faisais même plus d'effet ? Je crois que j'avais vraiment tout louper pour le coup. Du repas jusqu'au dessert. Une boule se forma au niveau de ma gorge jusque dans mon estomac en le voyant me repousser. Vous voyez ce dit fossé dont je parlais quelques minutes avant, et bien je tombait littéralement dedans, la tête la première. Et croyez le ou non, ça fait un mal de chien. Je me tenais là, à le regarder débarrasser sans un mot de plus. Le silence était encore plus dur à supporter tandis que je le voyais clairement quitter la pièce.

Je me sentais une nouvelle fois fondre en larme et j'en avais marre de tout le temps pleurer, de passer des rires aux pleurs h24 à tenter de les étouffer pour ne pas l'alarmer, car il avait des choses bien plus importante à gérer que moi et toujours moi. J'essayais de me calmer, de sécher mes larmes afin de tenter d'aller le voir. Je tuerais pour de la cocaïne, mais malgré tout ça, je n'étais pas retombé dedans et franchement, je me surprenais moi-même, car cela aurait été sans doute la meilleure solution pour moi il y a quelques années, mais j'avais grandi et j'avais réussi à m'en sortir, ce n'était pas pour redevenir accro et retourner en cure d'autant plus que le médecin avait été claire, la prochaine fois, je risquais clairement d'y rester.

C'est donc après m'être ressaisi que je me déplaçais doucement avec mon super jogging du dimanche pour venir contre la porte de la salle de bain. « J'peux rentrer ? » Il ne m'avait pas vraiment donner de réponse, mais c'était mon mari, alors je m'accorder le droit de pousser la porte. « J'suis désolé, j'voulais pas te froisser je pensais que je te faisais encore de l'effet et que le terme baiser aurait pu t'exciter » J'haussais les épaules en m'asseyant sur le rebord en souriant. « T'es beau » Je le regardais vraiment admiratif pour le coup. « Le mur n'a pas eu trop mal » je lâchais un petit rire par automatisme -rire et sourire étaient devenu des automatisme de tout de manière- alors que je venais embrasser sa main. « Je vais préparer le lit tu dois fatiguer, demain tu as encore une longue journée j'imagine, j'irais me doucher après toi » Je venais l'embrasser doucement en m'apprêtant à partir. Je l'aime..
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtest.faireunforum.com
avatar
E² A N S




    Messages : 200
    Date d'inscription : 13/10/2014

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Lun 3 Juil - 22:05

Un pas en avant, deux pas en arrière

Rien n'allait bien. Rien n'allait bien. Rien n'allait bien. Au plus je me le disais, au plus je trouvais que tout prenait son sens. Aaron. Le laisser seul chez nous. Le voir sourire. Le voir rire. Le savoir essayer de faire à manger. De vouloir baiser. Cette situation me dépassait de tous les côtés. J'avais envie d'être seul, de réfléchir et de pouvoir tout mettre à plat. Malheureusement, une fois seul, c'était encore pire. Je culpabilisais de mon ignorance, de ne pas réussir à voir que l'homme que j'aime ne va pas bien. Qu'il fait semblant. Sans le mot qu'il avait prononcé ce soir, je serais resté dans le déni. J'avais l'impression que le monde entier se foutait de ma gueule et que je ne comprenais rien. Entre la catastrophe au travail, ma fatigue écrasante et mes problèmes de couple que je n'avais même pas vu.. Franchement, qu'est-ce qui pourrait me redonner le sourire ? Cette voix. Parce qu'il était encore là, même si rien ne tourne rond en ce moment. Je n'avais même pas eu le temps de répondre qu'il entrait déjà. Ma main me lançait, mon esprit se torturait et mon cœur se demandait quel rôle était-il censé jouer.

Ses paroles me laissaient un peu de marbre. Il n'avait pas à s'excuser. Je fronçais des sourcils en entendant qu'il sous-entendait qu'il ne me faisait pas d'effets. « Ce terme.. ça me rappelle que j'ai été un connard avec toi, lors de notre rencontre » lâchais-je sincèrement et très fatigué. « Et ne pense jamais que tu ne me fais pas d'effets, Aaron » C'est juste que j'étais tellement épuisé que mes performances ne sont plus ce qu'elles étaient, à ce que je comprends. Si je ne donne plus de plaisir à mon mari, c'était ma fierté qui allait devoir se remettre en question. J'avais l'impression qu'il me hurlait silencieusement que je ne prenais pas assez de temps pour lui, mais.. Si je travaillais moins, nous n'aurions pas tout ce confort. Je lui jetais un coup d’œil à son compliment. « Toi aussi, n'en doutes pas » murmurais-je avec tendresse. Son regard me troublait, mais je n'avais pas envie que cela dérape. Son mot me restait encore dans l'esprit.

Je regardais le mur avec un léger sourire alors que ma main se réveillait lentement. « Mh, non, mais je pense qu'il va se tenir tranquille, je lui ai montré qui est le patron » tentais-je avec un petit peu d'humour. Son rire avait l'air.. différent. Est-ce que je vois enfin le problème ? Est-ce que je deviens parano ? Son baiser sur ma main me faisait sourire un peu plus franchement. Ma main le retenait après son baiser sur mes lèvres. Je n'avais pas envie qu'il parte faire je-ne-sais-quoi loin de moi. « Viens avec moi, on fera le reste après » lui proposais-je avec un sourire franc et sincère. Je voulais juste partager quelques instants avec lui, simples, mais qui nous manquait à tous les deux. Être complice, se retrouver entre amoureux, partager une douche semblait être banal mais cela nous était devenu si peu familier que rien que cela.. avait beaucoup de valeur.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est
avatar
Admin

Admin


    Messages : 209
    Date d'inscription : 30/04/2011

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Mar 4 Juil - 19:35

Un pas en avant, deux pas en arrière
Je me rappel ô combien j'avais détesté notre première rencontre et je penses que j'en garderais un mauvais souvenir toute ma vie. Déjà parce qu'il m'avait enculé de manière sale et violente et de deux, cela m'avait fait énormément mal, à moi l'hétéro de première qui n'avait connu que les suppo dans son cul. Notre histoire avait avancée à vitesse grand V et voilà qu'en deux ans nous étions mariés et presqu'heureux malgré nos nombreuses péripéties. Si un jour on m'avait dit que j'arrêterais les drogues dures pour quelqu'un, je lui aurais sans doute mis mon poing dans la gueule afin de lui remettre les idées en place, mais aujourd'hui c'était bien réel. Et dire que je ne pensais même pas dépasser la vingtaine à un certain âge, aujourd'hui, j'arrivais à me projeter dans le futur même si pour le moment notre relation reculait de plusieurs pas.


Ça me faisait plaisir qu'il me confie son attirance physique pour moi, mais je ne m'aimais plus physiquement. Je ne faisais pas parti de toutes personnes qui veulent faire parti des clichés de la mode et atteindre la taille zéro, néanmoins, de nombreuses mannequins me jalouserais avec mes dix kilos en moins depuis décembre que j'arrivais, pour le moment, à vachement bien dissimulé. Croyez-le ou non, je donnerais tout pour reprendre le double, mais la fatigue, le manque de mon homme et la dépression me faisait perdre et vomir tout ce que j'arrivais à manger. J'avais surtout peur qu'il pense que je m'étais remis à la drogue, de le dégouter aussi, bien entendu. Je ne me sentais pas vraiment prêt pour enlever mes fringues XXL devant lui, mais je mourrais d'envie de le rejoindre dans ses bras.

Prenant mon courage à deux mains, j'enlevais mon pull et mon jogging ainsi que mon boxer pour venir le rejoindre dans la douche. Il était tellement beau. J'enviais tellement ses muscles pour le coup. Je venais l'enlacer doucement dans mes bras en me collant contre lui aussi fort que je pouvais et malgré ma tête de plus que lui, je me sentais bien et en sécurité à ses côtés.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtest.faireunforum.com
avatar
E² A N S




    Messages : 200
    Date d'inscription : 13/10/2014

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Mar 4 Juil - 22:34

Un pas en avant, deux pas en arrière

Jamais Aaron ne pourrait me pardonner notre première rencontre. En y repensant, la façon dont j'avais agit.. Je n'avais pas l'impression que c'était moi. J'avais toujours eu cette part en moi de.. sombre, on va dire. Je n'avais pas fait que des choses mignonnes dans ma vie, mais je n'aurais jamais cru que j'en arriverais si bas. Si je souhaitais qu'il me pardonne ? Non. Comment excuser une attitude si méprisable et inhumaine ? Je ne pourrais pas croire qu'un jour il me dise que tout est effacer et que cela n'est pas important. C'est important, justement. J'avais été le pire des salops en faisant les choses qu'une manière si abjecte que je me rappelle très bien qu'il m'avait lancé quelque chose à la figure. Ou étais-ce son poing ? Je ne sais plus. Quoiqu'il en soit, ce n'était pas excusable d'avoir eu une telle attitude. Les gens pourraient sûrement croire que je reste avec lui pour me faire pardonner, que j'attends sa rédemption, mais.. Non. Cela paraît encore surprenant, mais je l'aime. Je suis fou de lui, même. Je sais que je ne me rachèterais jamais pour le mal que je lui ai fait lors de notre rencontre. Il ne pourra jamais oublié ce qu'il s'est passé et moi non plus. Il fallait que l'on prenne cette souffrance comme une force pour pouvoir avancer dans nos vies, autant que dans notre vie de couple et de mariés.

Ma remarque sur le fait qu'il m'attire toujours semble le toucher. Doutait-il à ce point de notre couple ? J'avais envie de parler, de mettre tout cela à jour et de crever l'abcès, mais je savais qu'en étant aussi fatigué, je n'y arriverais pas. Ou je finirais pas m'emporter comme je l'avais fait il y a quelques instant. Les gestes seraient largement plus parlants que les mots, ce soir. Alors je lui avais proposé de me rejoindre pour une douche commune. Rien de plus. Je ne voulais pas revenir sur notre dispute. Juste l'avoir contre moi et profiter de quelques étreintes et baisers pour lui dire que je ne le lâchais pas. Il faudrait forcément un jour tout dire, mais cela attendra demain. Je le voyais quelque peu gêné de retirer ses affaires. Je compris rapidement pourquoi. Je le regardais, toujours aussi amoureux de son corps qu'avant. Oui, il avait encore perdu du poids. Oui, ce n'est pas facile de montrer ses blessures, mais.. Tout cela fait ce qu'il est aujourd'hui : l'homme que j'aime, mon âme sœur. Mon sourire le prouvait : je ne le jugeais pas sur son corps frêle. Je l'admirais, car il est l'être pour qui je me bats chaque jour pour devenir un homme meilleur.

Après quelques instants de face-à-face à se regarder sans bouger, il vint vers moi pour m'enlacer. À ce moment-là, je me rappelais qu'il était plus grand que moi. Une information que j'oubliais régulièrement et je ne savais pas réellement pourquoi. Mes bras se refermèrent autour de sa taille alors que l'eau chaude continuait de couler sur nous. Un instant, je fermais les yeux. J'avais l'impression de pouvoir enfin respirer. Vivre. Cela faisait si longtemps que nous n'avions pas été proche que j'en avais la gorge nouée. Depuis quand sommes-nous si loin ? « Je n'irais pas travailler demain » murmurais-je à son oreille. Je n'en avais pas l'envie, pas la force, pas le courage, juste.. J'avais besoin d'une journée pour Aaron. Cela faisait si longtemps que je travaillais sans relever la tête que je manquais à être présent pour celui que j'aime et je ne pouvais pas le supporter plus longtemps. « Et.. Tu veux m'accompagner en voyage ? » tentais-je prudemment. « C'est pour le travail, mais j'aurais quelques jours avant de vacances » Plus ou moins, disons que j'étais censé préparer ce sur quoi j'allais devoir travailler. Tant pis, j'improviserais !
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est
avatar
Admin

Admin


    Messages : 209
    Date d'inscription : 30/04/2011

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Mer 5 Juil - 5:48

Un pas en avant, deux pas en arrière
N'avoir aucune remarque sur mon corps me rassurait. Ça faisait bizarre de sentir tout frêle dans les bras de son mari. Je me rappel il y a quelques années plus tôt, lorsqu'on venait de se rencontrer et que par ailleurs, je le détestais, j'étais deux fois plus baraqués, un regard noir prêt à tuer n'importe qui et en meilleur forme. Je me demandais vraiment si cette relation n'était nocive pour nous deux et pourtant, je n'arrivais pas à m'imaginer dans quel état je serais si j'étais resté dans ce bar à baiser ma copiner et à coké avec mes amis.

Si je m'étais retenu de pleurer toutes les nuits dans la salle de bain, j'aurais probablement fondu en larme à ce moment précis, mais je n'avais plus rien à pleurer. A vrai dire, je me sentais vide de partout comme si je n'arrivais à rien ressentir. Je me perdais longuement dans ses bras avant de relever doucement la tête pour pouvoir le regarder. Etait-il réellement sérieux ? Genre demain je ne serais pas seul, il serait là toute une journée avec moi ? Un réveil à ses côtés, un déjeuner, des balades banales, mais en couple ? Mon cœur s'emballait. Je le sentais batte à travers ma poitrine, mon rythme cardiaque devenant un peu plus fort. Je l'embrassais comme jamais en fermant les yeux, le collant contre le mur de la baignoire en le prolongeant passionnément. Lui comme moi n'avions pas la force de faire l'amour, mais être aussi proche me faisait un bien fou.

« Un voyage ? » Je m'étais reculé pour pouvoir fixer ses magnifiques yeux bleus.gris. « Mais carrément ! » Je me sentais revivre. Je ne savais pas durant combien de temps cela allait durer, mais je préférais en profiter avant tout cela ne soit qu'un lointain souvenir. « Tu m'as manqué Aiden » Je caressais délicatement son torse en frôlant ses lèvres du bout des miennes. « Il craint ton taff » On dirait bien qu'Aaron est de retour en vu de mes paroles. Je savais que c'était grâce à lui qu'on arrivait à vivre dans un aussi joli en droit, qu'on ne manquait de rien, mais je m'étais proposé pour l'aider, mais tout ce que je sais faire c'est servir des verres dans un bar ou baiser, alors autant dire qu'il avait refusé
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtest.faireunforum.com
avatar
E² A N S




    Messages : 200
    Date d'inscription : 13/10/2014

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Ven 7 Juil - 20:46

Un pas en avant, deux pas en arrière

Même si son corps était trop fin, je l'aimais et je continuerais à aimer Aaron de tout mon corps. Tout ce que je souhaitais, c'était qu'il mette sa vie – et son corps aussi – le moins possible en danger. Je ne savais pas comment je réagirais si un médecin me disait que mon mari doive retourner à l'hôpital. Je ne pourrais plus supporter de dormir seul et je commençais à comprendre que l'homme de ma vie se sente si seul en ce moment. Mon regard glissait sur sa peau alors qu'il venait près de moi et que je ne comptais pas le lâcher. Mon cœur bat avec douceur alors que mes doigts frôlaient lentement sa peau. Je lui murmurais avec tendresse que je n'irais pas travailler demain. Cela me retomberait forcément dessus, mais ça m'était égal. J'avais besoin d'une pause et surtout.. De trouver des solutions pour changer cette situation. Ça n'allait pas ainsi et j'en étais conscient désormais. Son regard illuminé me réchauffait le cœur. On aurait dit qu'il avait attendu ces mots depuis des années. Ses lèvres trouvèrent les miennes alors que je sentais mon corps collé contre le mur froid de la douche. Je frissonnais à ce contact. Si je pouvais, nous ferions l'amour, mais ce n'était pas le bon moment. Le retrouver de cette manière me satisfaisait pleinement.

Par la suite, je lui avais parlé d'un « petit » voyage qu'il fallait que je fasse et concrètement.. ça aurait été horrible de partir sans lui. Je ne savais même pas si j'avais pu y arriver. Il me fixait, comme s'il ne croyait pas. Son consentement me faisait sourire de plus belle. Nous allions partir tous les deux, vers une magnifique destination. Au plus je voyais qu'il était heureux, au plus je me disais que j'avais réellement merdé et que je l'avais totalement mis de côté. À force de vouloir tout lui donner, je le privais surtout de ma présence.. alors que c'est tout ce qu'il voulait. Cela me faisait réfléchir et je crois que j'allais changer plusieurs choses demain. La nuit porte conseil, mais il y allait avoir du changement, c'est certain. « Tu m'as manqué Aiden » Ses caresses sur mon torse, ses lèvres proche des miennes.. Si je n'étais pas si fatigué, je lui ferais l'amour sur-le-champ. Il me rend tellement dingue !

« Tu m'as manqué aussi, Aaron » soufflais-je amoureusement contre nos lèvres avant de déposer un léger baiser. Que je suis fou de lui. « Il craint ton taff » Et j'aime toutes ses facettes. Il avait cette franchise que j'adorais. Je ne me retenais pas de lâcher un léger rire. « J'ai cru comprendre, oui » dis-je en calmant mon rire avant de plonger dans son regard. « Je vais m'occuper de ça dans les prochains jours » fis-je avant d'admettre la réalité. « Mes salariés ne me prennent pas au sérieux avec mon jeune âge. Ils aimaient être managé par ma sœur et le changement de leur convient pas » Je roulais des yeux. Je dirigeais des gens bien plus âgés que moi et je n'avais pas forcément la poigne pour cela. Je préférais mille fois tirer les ficelles dans l'ombre et laisser quelqu'un d'autre frapper sur la table. « J’appellerai ma sœur demain pour trouver un arrangement avec elle » Elle voulait la société, moi je voulais la paix et continuer à gagner de l'argent tranquillement. J'avais lâché mes études depuis un moment de toute façon, bien que j'ai assez de diplôme pour me débrouiller dans la vie. Soyons clair, c'est plus simple quand l'argent vient plus simplement, mais le mode de vie ne me convenait pas..
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est
avatar
Admin

Admin


    Messages : 209
    Date d'inscription : 30/04/2011

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Ven 7 Juil - 21:24

Un pas en avant, deux pas en arrière
Il n'avait tellement manqué, c'était insoutenable. Le vide que je sentais dans mon cœur et dans mon ventre était juste indescriptible et il faudra sans doute plusieurs mois pour que je me sente à nouveau apaisé et calme sans me soucier si je vais à nouveau être seul aujourd'hui ou pas. Je refusais de le lâcher. Je voulais rester là pour toujours au moins, j'étais sûr qu'il ne partirait pas à nouveau. Je lui en voulais d'avoir tout fait pour que je m'attache à lui pour au final me laisser seul dans une grande maison, bien trop grande pour moi. Certes je ne manquais de rien, mais je n'avais pas besoin de tous ses trucs futile à mes yeux.

Au début, je l'avais plutôt bien vécu, je m'occupais vite fait de la maison, je jouais avec mon petit chat on faisait genre des superbes aventures, mais voilà, elle était parti rejoindre ma mère là haut suite à une infection que je n'avais pas vu venir. Faut dire que Aiden non plus ne s'était même pas rendu compte de son absence, mais moi c'était toute ma vie. Je l'avais récupéré quand je vivais encore à la rue, alors que quelqu'un l'avait jeté dans une poubelle, je l'avais adopté comme mon propre enfant, mais elle aussi était partie. Rien qu'en y pensant je sentais une larme rouler sur ma joue avant qu'elle s'écrase sur l'épaule de mon homme.

Il y a un tout petit avantage d'être dépressif comme je l'étais ses derniers temps, on peut passer du rire aux larmes et donc mentir à la perfection. Enfin, Aiden me connaissait que trop bien il me semble. « Se sont tous des gros cons de toute façon » mon ton était catégorique alors que je venais encore l'embrasser. Je léchais mes propres lèvres pour récupérer le peu de goût de vodka qui restait avant de lui sourire amoureusement. « Je t'aime » Et ça, c'était l'une des choses sur laquelle je n'avais jamais menti de ma vie. Je l'aimais à en mourir au sens propre du terme.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtest.faireunforum.com
avatar
E² A N S




    Messages : 200
    Date d'inscription : 13/10/2014

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Sam 8 Juil - 19:22

=
Un pas en avant, deux pas en arrière

Petit à petit, je me rendais compte que tout trahissait notre manque l'un de l'autre. Je continuais de me sentir idiot de n'avoir rien vu avant. Désormais, j'avais envie de profiter de lui. L'un contre l'autre, je me sentais vraiment revivre. Je ne regrettais pas de lui dire que la situation allait changer et encore moins que je n'irais pas au travail le lendemain. J'essayais de ne pas trop songer à demain sinon j'allais programmer un milliard de choses que nous n'arriverions jamais à faire. J'avais envie de faire une chose après l'autre et surtout de ne passer que du temps avec lui. Pas de téléphone, pas d'ordinateur, rien du tout. Je voyais bien que mon mari ne me montrait pas toute la vérité. Il fallait le connaître pour le voir, et se concentrer, mais je le voyais enfin. Je crois que j'allais prendre plus qu'un jour de tranquillité. Je riais à sa remarque sur mes employés. Aaron et sa délicatesse incroyable. « Tu serais un responsable des Ressources Humaines adorable » riais-je encore un peu. Au moins, ce serait moins vaseux entre les salariés. Je ne savais pas trop comment interpréter certaines paroles ou faire. Je n'avais pas envie d'y penser plus que cela. La journée était terminée et là, seul Aaron compte.

Je souriais en prolongeant délicatement le baiser. Quelque chose était différent et en le voyant se lécher les lèvres, j'avais une mauvaise intuition. Son je t'aime faillit me faire penser à autre chose. « Je t'aime aussi » soufflais-je en effleurant ses belles lèvres. Je le collais délicatement contre la paroi sans le lâcher du regard. « Aaron, réponds à une question.. » dis-je sans quitter ses prunelles devenues plus vives. « Où sont-elles ? » susurrais-je chaudement. Il savait que je parlais de ses bouteilles. Je savais qu'il buvait en mon absence, mais cela ne semblait pas s'arrêter à un petit verre. J'espérais qu'il ne fasse que boire et rien d'autre.. ça me faisait mal de penser qu'il pouvait encore se droguer, mais je ne pouvais pas le couper de tout. Il n'en avait pas envie et je ne ferais qu'envenimer la situation si je faisais ça. « Je te promets de ne pas y toucher, si tu me donnes toutes les cachettes. Toutes » J'avais besoin de savoir combien il y en avait et de pouvoir savoir quel était son stock. Juste pour jauger à quel point la situation va mal..
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est
avatar
Admin

Admin


    Messages : 209
    Date d'inscription : 30/04/2011

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Sam 8 Juil - 19:39

Un pas en avant, deux pas en arrière
Cet homme avait toujours le don de me faire rire ou même sourire lorsque j'étais au plus bas. C'est d'ailleurs sans doute l'une des raisons pour laquelle j'étais tombé raide dingue amoureux de lui. Il avait été le seul à me relever quand ça n'allait pas, alors que tout le monde continuer à m'enfoncer sans même que je ne m'en rende compte. Certes, j'adore mes amis, on se connaît depuis tellement longtemps, on a vécu pas mal de choses aussi, mais je savais aussi que dès lors que je me retrouvais avec eux, j'avais de grandes chances de replonger dans mes mauvais travers et ça, c'était une moins bonne chose.

Mon ventre ne fit qu'un tour suite à ses paroles. Une question ? Qu'avait-il à me demander avec un regard aussi sérieux. Je me sentais pas très bien tout d'un coup, sentant une légère crise d'angoisse montée. « Alors pourquoi tu veux savoir ? » Demandais-je en me reculant avant de vomir dans la baignoire et de m'écrouler. « Je vais bien » disais-je en rigolant alors que je le stoppais pour éviter qu'il me rattrape. Je ne vomissais que mes bouteilles d'alcool après tout vu que je ne mangeais plus rien. C'est peut-être pour ça que je me suis effondré. « Pourquoi tu veux savoir si ce n'est pour pas pas les toucher ? » demandais-je à nouveau au cas ou il n'aurait pas retenu ma question suite à mon petit accident. Je n'avais même pas vomi à cause de l'alcool, mais juste à cause de l'angoisse. Je me relevais en le fixant parlant soudainement très – trop peut-être- vite. « J'te jure que j'suis pas redevenu addict. Ok j'ai peut-être pris un ou deux joints et quelques railles chez mes potes, mais j't'assure j'suis plus accro ! C'est juste que tu me manquais beaucoup trop que c'était devenu insoutenable, j'avais besoin de me sentir heureux ne serait-ce que pour une heure tu comprends ? Et puis chaussette est morte récemment et là.. » Je manquais d'air et je n'arrivais plus du tout à respirer. J'essayais pourtant, mais là, c'était une vraie crise d'angoisse que j'étais en train de faire. 
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtest.faireunforum.com
avatar
E² A N S




    Messages : 200
    Date d'inscription : 13/10/2014

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Sam 8 Juil - 20:01

Un pas en avant, deux pas en arrière

La situation ne sera pas restée voilée très longtemps. Forcément, à peine avais-je prononcé ma question que je le vis paniquer. Il ne voudrait pas me le dire et je ne saurais dire comment mais je m'attendais à ce qu'il se passait devant mes yeux. J'allais tenir ses cheveux ou le remonter, mais je me fis rejeter comme une merde. La soirée prenait un tournant que je n'aimais pas et ce n'était pas la première fois. Arriverons-nous à aller se coucher sans se disputer ? J'émettais des doutes, pour le coup. J'avais l'impression qu'il ne me croyait pas lorsque je lui disais que je ne toucherais pas à ses bouteilles. Pourquoi mentirais-je ? Pour qu'il ne me fasse plus confiance ? Il est vrai que j'avais déjà fait cela une fois – jeter sa cocaïne dans les toilettes – mais je ne lui avais pas promis de ne pas y toucher. Nuance. Je sais, j'ai l'air d'un connard, mais là, c'était différent. « Je veux juste savoir ce que tu consommes pour savoir quand les choses sont allés plus mal, selon certains jours, etc. » dis-je calmement alors que je laissais se relever tout seul. Son regard se plantait dans le mien alors qu'il parlait à une vitesse incontrôlée. Entendre qu'il avait pris de la coc avec ses potes me braquait. Ça ne me plaisait pas du tout, vraiment pas. « Pourquoi tu ne m'as pas dit que je te manquais ? » Je sais, Aaron n'est pas l'homme le plus expressif du monde et j'avais sûrement loupé beaucoup de signes, mais.. Merde, il pouvait me parler quand même !

La fin me laissait comme un con. Déjà son « besoin de me sentir heureux ne serais-ce qu'une heure » parce que.. Je ne pensais pas que l'alcool ou la drogue étaient des meilleures solutions plutôt que de me parler de notre éloignement. « Chau.. Chaussette ? » soufflais-je, sous le choc alors que je le vis paniquer une seconde fois. Je comprenais mieux maintenant. Rapidement, je mettais l'eau en mode « bain », versant sans regarder des sels de bain après avoir boucher le trou de la baignoire et je me dépêchais de m'asseoir en tirant Aaron contre moi. « Je suis là, Aaron » soufflais-je, le cœur lourd d'une telle déclaration. Ce petit chat, c'était toute sa vie. Au départ, je m'étais moqué du nom qu'il lui avait donné mais.. Bordel, elle était tellement adorable. Et surtout.. Nous étions deux désormais à détester son ex et ça, j'en étais très fier. Au moins, j'étais pas le seul à haïr cette harpie malsaine. Mais là.. Avec qui pourrais-je insulter cette connasse ? Personne. Je préférais penser à cela car je savais que si je venais à m’effondrer, je ne serais pas capable d'aider mon homme qui semblait être brisé en deux..
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est
avatar
Admin

Admin


    Messages : 209
    Date d'inscription : 30/04/2011

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Sam 8 Juil - 20:46

Un pas en avant, deux pas en arrière
Je sentais déjà à travers son regard qu'il me jugeait. Ou peut-être pas, mais en tout cas, il était quelque peu déçu de mon comportement. C'est vrai, des personnes arrivent très bien à garder la tête haute malgré toute leur vie de merde sans pour autant tomber dans toutes ses conneries, alors pourquoi moi, je n'en étais incapable ? Depuis quand j'avais été détruit? Je n'arrivais même pas à me remémorer par où tout ce bordel avait commencé. Comme si j'avais toujours été dépressif et toxico, alors que je suis persuadé qu'à quatre ans on ne se pose pas ce genre de question. Quoi que, après avoir assister au suicide de sa mère, alors qu'on arrive même pas à avancer sans se ramasser la gueule..J'essayais défasser toutes ses images qui ne faisaient qu'empirer ma crise d'angoisse, alors que je m'effondrais dans les bras de mon mari. Oui, MON mari.

« T'es... » J'essayais de placer deux mots convenablement, mais c'était plus dur que ce que je pensais. « T'avais d'autres problèmes à gérer » réussissais-je à dire après tous mes efforts. Le bain me réconfortait légèrement malgré que je me sente minable en ce moment-même. « J'suis désolé Aiden, j'veux pas te perdre tu comprends ? Me quitte pas toi aussi » Je le tapais sur son torse comme un appel à l'aide. Combien de fois je l'avais imaginé ouvrir la porte avec un regard sombre pour m'annoncer qu'il me quittait d'où la certaine distance mise entre nous. Je finissais par me calmer petit à petit dans ses bras. « Chaussette t'aimais beaucoup tu sais » Je n'avais pas besoin de le regarder ou de l'entendre me le dire pour savoir qu'il était autant touché que moi de cette perte.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtest.faireunforum.com
avatar
E² A N S




    Messages : 200
    Date d'inscription : 13/10/2014

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Mar 11 Juil - 19:38

Un pas en avant, deux pas en arrière

La perfection n'existe pas. J'avais toujours répété cette citation comme une évidence. Une situation ne pouvait pas être sans imperfection et une personne ne peut avoir que des qualités. Nous vivons avec les défauts de chacun et chaque journée est rempli de surprises parfois mauvaises. Néanmoins, il faut composer avec et avancer, quoiqu'il arrive. Ce n'est pas toujours facile lorsque l'on a des problèmes au travail, dans sa vie privé ou autres. Cependant, je gardais toujours à l'esprit que des personnes vivaient moins bien que moi. Sans eau potable, sans électricité parfois, sans soins et j'en passe. Qui étais-je pour me plaindre de ma vie ? Personne. Voilà pourquoi je souhaitais qu'Aaron ne manque de rien car je voulais qu'il soit chaque jour épanoui et peut-être étais-ce une manière un peu étrange de faire en sorte qu'il ne m'abandonne pas. Il avait connu la rue, dormir dehors, etc. Je voulais qu'il est le meilleur confort possible et j'avais cru qu'en bossant comme un fou, j'y arriverais. Je m'étais planté totalement car il avait failli me glisser entre les doigts. Comme lorsqu'il venait de s'écrouler dans la baignoire et qu'il ne veuille pas mon aide. C'était horrible de se sentir si.. Inutile.

Doucement, j'avais fait couler un bain et j'étais venu le serrer contre moi pour calmer sa crise de panique. Je ne voulais que le voir sourire, rien de plus.. Oui, mais sourire sincèrement. Je n'avais pas envie qu'il lève un voile entre nous et qu'il fasse semblant que tout aille bien. Pourtant, c'était ce qu'il avait fait et je ne préférais pas savoir depuis quand car mon repas à moi non plus ne tiendrait pas dans mon estomac, tant ma culpabilité serait violente. Je lui avais dès lors demandé pourquoi ne m'avait-il rien dit avant. Sa réponse me renfrognait. « D'autres problèmes ? » murmurais-je, paisiblement pour ne pas le brusquer. « Tu es ma priorité numéro 1, Aaron. Le reste, tout le reste passe après. Mes problèmes et j'en passe. Tu comptes plus que tout » rajoutais-je sur le même ton. Rien ne pouvait passer avant lui. Encore mois mes soucis au travail.

Mes doigts caressaient sa peau avec légèreté. Ses paroles me touchèrent de plein fout et qu'il ajoute un geste encore plus. Pourquoi avait-il si peur que je parte ? Comment pourrais-je laisser l'homme que j'aime, du jour au lendemain ? Il y avait deux cas où nous ne serions plus ensemble : l'infidélité, dans le cas unique où je serais au courant. Si je l'ignorais à vie, je ne pouvais pas lui en vouloir de quoique ce soit. Et.. que je meurs. Cas extrême, mais la vie est parfois très étonnante, dans le mauvais sens. « J'ai promis pour le meilleur et pour le pire, tu te souviens ? » soufflais-je tendrement contre ses lèvres. « Je ne reviendrais pas sur cette promesse, ni toutes celles que je te ferais entre toi et moi » Je frôlais ses lèvres avec amour. Que je l'aime..

Se détendant dans mes bras, ce fut à mon tour de me crisper légèrement en parlant de Chaussette. J'étais tellement brisé d'apprendre qu'elle n'était plus de ce monde et encore plus de ne pas avoir remarqué son absence depuis tellement de temps. Depuis quand étais-je devenu si aveugle sur l'environnement qui m'entoure. Les douces paroles de mon mari me firent sourire tristement. Moi qui n'avais jamais eu d'animaux, j'avais trouvé du réconfort grâce à cette petite boule de poil et voilà qu'elle se trouvait dans le ciel, entrain de nous regarder sombrer tristement. « Je l'aimais beaucoup aussi.. » C'était tellement dur de parler d'elle au passé. Je n'arrivais toujours pas à y croire. J'aimerais tellement que ce soit faux, une erreur et qu'elle revienne me coller comme un pot de colle en miaulant pour avoir à manger. « ça va me manquer de ne plus l'entendre ronronner pendant que j'insultais ton ex quand tu n'étais pas là.. » souriais-je un peu, en y repensant. Ce n'était pas sympa, certes, mais si vous connaissiez l'ex d'Aaron.. Vous comprendriez. Cette femme est une harpie sanguinaire. Elle serait heureuse de ma mort, tiens. Qu'elle brûle en Enfer, ce démon.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est
avatar
Admin

Admin


    Messages : 209
    Date d'inscription : 30/04/2011

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Mer 12 Juil - 6:54

Un pas en avant, deux pas en arrière
Je m'étais toujours placé derrière tout le monde, notamment derrière son travail qui selon était plus important que tout puisqu'il nous permettait de vivre. Autrefois, je n'étais pas du tout du genre à me rabaisser de la sorte et personne n'avais intérêt de le faire, mais depuis que j'avais découvert un autre monde en sa compagnie, j'avais l'impression que toute ma vie avait été batti sur un énorme gros mensonge que je continuais d'alimenter à coup de seringues et de rails. C'est étrange comme le temps peu passer à une vitesse incroyable et de nous voir changer ainsi. Parfois cela m'inquiète, de peur de passer à côté d’événements importants.

Perdu dans ses bras, je me laissais bercer par l'eau qui réchauffait petit à petit mon corps tout frêle et ça faisait un bien immense. Je sentais mes yeux briller suite à ses paroles, alors que je me remettais à l'embrasser tout en espérant ne pas avoir un léger goût de vomi afin de ne pas le faire fuir. Il était tellement incroyable que c'était vraiment une chance inouïe que je sois tombé sur lui. Sans quoi je serais toujours avec ma petite copine. Enfin, mon vide couille quoi qui m'hébergeait à l'occasion quand je n'avais pas envie de dormir dehors, mais parfois elle me saoulait tellement que je préférais dormir sous moins dix degrés. Je me souviendrais toujours de la fois où il m'avait trouvé en plein hiver et qu'il avait vraiment insisté pour que je le suive. J'avais fini par craqué, mais vraiment parce que le froid était devenu insupportable.

Je souriais contre sa peau en sentant ses douces caresses. « Surtout pour le pire avec moi » riais-je doucement. Je lui en avais fait vraiment voir de toutes les couleurs entre mes crises, les hôpitaux, ma maladie et j'en passes. Ce qui me rassurait ? C'est qu'il devait vraiment m'aimer pour rester encore à mes côtés. Je riais une seconde fois en l'entendant parler ma petite chatte. « Vous êtes vraiment des vipères » rigolais-je. « Elle a attrapé une infection et elle n'a pas survécu » Il était tout de même important qu'il sache de quoi elle est morte. « Tu penses que c'est à cause de la cocaïne qu'on lui a donner il y a quelques années ? » Et voilà que je commençais à m'en vouloir. J'ai tué mon propre chat.

Je relevais délicatement ma tête pour le scruter et le dévorer des yeux. « Fait moi l'amour » Je n'avais jamais été aussi sûr et sincère dans mes paroles que maintenant, mais je penses que j'en avais besoin. Qu'il me prouve qu'il m'aime toujours comme avant, qu'il sera toujours là et ne fait qu'un dans ses bras, exactement comme avant.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtest.faireunforum.com
avatar
E² A N S




    Messages : 200
    Date d'inscription : 13/10/2014

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Mer 12 Juil - 19:17

Un pas en avant, deux pas en arrière

Rien ne passerait jamais avant Aaron. J'espérais qu'il l'ait bien compris et qu'il le retienne pour toute la vie, qu'il n'oublie jamais qu'il peut se confier à moi même si je suis parfois ailleurs ou fatigué. Je garderais toujours des forces pour lui, quoiqu'il arrive. Sa peur que je ne sois plus là était partagé, mais je ne préférais pas lui en faire part. Combien de fois je m'étais imaginé qu'il se rende compte que j'ai été le pire des connards à notre rencontre, que je l'ai sali et que je ne le mérite pas ? Qu'il.. je ne sais pas, se rende compte qu'il n'aime pas les hommes, qui reste avec moi juste pour profiter encore un peu de ce confort avant de retrouver ses potes et son ex pour re-vivre sa vie d'avant, avec moins d'attache et sans moi. J'avais confiance en nous et notre amour, mais cela avait tellement mal commencé que je redoutais un jour qu'il m'envoie chier pour de bon et qu'il prenne ses affaires, qu'il parte sans se retourner. Après tout, je l'aurais mérité. J'aimerais que notre histoire ait commencé d'une autre manière, mais tout le monde le sait : il est impossible de revenir en arrière. Peut-être que si je ne l'avais pas forcé, nous n'en serions pas là.. Ou peut-être que si, mais nous ne se saurions jamais.

Nos baisers, nos caresses, ce bain chaud, nous en avions besoin. Rien ne pouvait être plus apaisant que cet instant que nous partagions. Je riais doucement contre sa peau en ne cessant de sourire tendrement. « Tu m'apportes tellement de « meilleur » chaque jour que les « pires » sont des gouttes d'eau dans un océan » chuchotais-je. Ce n'était pas facile de le voir chuter, à l'hôpital et j'en passe, mais il était toujours là. Il se battait, sans le savoir. Il avait envie de s'en sortir et savoir que j'y étais un peu pour quelque chose me rendait incroyablement fier. Il me donnait envie de me lever chaque jour et de me battre pour mon travail éreintant. Envie de sortir et de me dire que même si ce monde ne tourne pas rond, il y a quand même cet homme à mes côtés qui garde les pieds sur le sol et me tient la main pour que je ne tombe pas. Personne ne pourrait croire que c'était lui qui me maintenait debout. Après tout, comment une personne qui ne va pas bien pourrait rendre une personne heureuse, sans travers ? Et bien.. C'est totalement possible.

Mon rire se mélangeait encore une fois au sien. S'il savait tout ce que l'on avait comploté contre l'autre folle, il serait surpris (a) « On ne disait que la vérité ! » promis-je en faisant un signe que j'attestais ma parole sur l'honneur. Une infection ? Je me sentais minable. Peut-être que si je l'avais vu.. Elle aurait pu aller chez le vétérinaire et hop, elle serait encore parmi nous. Tant de regrets en si peu de temps.. La question de mon mari me surprit alors que je le fixais, très étonné. « Non, ça ne peut pas être ça, chéri. Elle aurait été malade bien plus tôt et.. des gens font bien pire que cela chaque jour à leurs animaux et ils survivent.. » Je ne savais pas trop si ça le rassurait, mais combien prennent leurs animaux pour des peluches ou des tests ? Ça me dégoûtait de penser cela, mais bon.. L'homme est mauvais.

Son regard se levait soudainement pour croiser le mien et ce que j'y vis me donnait une légère chaleur dans l'ensemble de mon corps. Depuis quand ne m'avait-il pas regardé ainsi ? Je ne saurais le dire. Un sourire amusé se glissait sur mes lèvres alors qu'il prononçait des paroles lourdes de sens. Ce n'était plus « baiser », mais « faire l'amour » et cela avait un sens si intense entre nous. Oui, j'étais terriblement fatigué et j'avais envie de dormir, mais.. Mon corps se réveillait et mon esprit aussi. Comment refuser de faire l'amour à la personne que l'on aime ? Impossible. Le tirant contre moi, je vins l'embrasser avec fougue, effaçant toute trace de fatigue de mon côté. En terminant cet échange intense, mes lèvres se perdirent dans son cou pour y souffler un « Je t'aime, Aaron » si puissant que je me surprenais moi-même d'avoir l'impression que je le disais pour la première fois de toute ma vie. Néanmoins, je n'avais pas envie de faire l'amour dans la baignoire, mais dans notre lit conjugal.

Doucement, je le soulevais. Son poids plume me facilitait la tâche vu qu'il était plus grand que moi. Le tenant fermement pour éviter qu'il ne tombe, je partais dans notre chambre, mouillé, sans le quitter des yeux. J'aurais pu l'embrasser pendant ce temps, mais dans le noir.. Je préférais éviter de nous faire rentrer dans un mur en voulant faire le romantique. Le déposant sur notre lit, mes lèvres ne perdirent pas un seul instant pour rejoindre les siennes alors que j'allumais une petite lumière tamisée. J'avais envie de le voir, lui, son corps, ses mimiques, ses réactions lorsque je lui ferais l'amour. Tout. Tout de lui, sans rien oublier. J'étais capable de tout pour lui prouver que je l'aime. Lui faire l'amour autant de fois qu'il le souhaite, renouveler nos vœux de mariage chaque jour s'il le voulait, lui décrocher la Lune si tel était son envie. Rien ne pouvait lui être refuser. Sans quitter ses douces lèvres, et voulant faire les choses avec douceur, j'avais attrapé un petit flacon pour imbiber du liquide sur mes doigts avant de venir préparer son entrée. Pas de baise. De l'amour, encore et encore. ♥
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t138-louis-tomlison-eliot-l-attachement-est
avatar
Admin

Admin


    Messages : 209
    Date d'inscription : 30/04/2011

MOre
Test:

MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   Mer 12 Juil - 20:02

Un pas en avant, deux pas en arrière
Chacune de ses paroles me valait droit au cœur. Comment arrivait-il à me sortir cela d'un ton si naturel ? Mes yeux devaient briller de mille tant cela me touchait. Il était adorable de A à Z et je ne cessais de me dire que j'avais une chance de malade. « Tu as été poète dans une autre vie ? » Riais-je en continuant de caresser son corps musclé. J'avais toujours eu du mal à sortir de telles phrases aussi naturellement pour décrire mon amour. Je préférais le montrer plutôt que de le dire, car je ne suis pas très bon avec les mots. De toute façon, dans tous les couples il faut trouver la balance. Comme quoi, on se complétait bien.

Ça me faisait mal au cœur de lire dans son regard qu'il s'en voulait, alors que ce n'était pas de sa faute s'il devait travailler pour subvenir à nos besoins tandis que moi, je n'en branlais pas une. C'était bien tenté de me rassurer, mais je n'y croyais pas trop. Pourtant, je l'avais emmené au vétérinaire le plus rapidement possible, mais malgré les médicaments, l'ange de la mort est parti l'a recouvrir de ses ailes pour qu'elle repose en paix. Ce n'était plus qu'un lointain souvenir et j'aurais aimé être un meilleur maître, mais il était trop tard pour revenir en arrière, ce qui est fait est fait.

La suite n'avait plus aucun rapport avec mon chat, mais j'en avais juste envie en fait. Il était nu face à moi, tout simplement plus canon que jamais et cela faisait tellement longtemps que nous n'avions plus fait un, que je n'arriverais pas à me retenir. J'oubliais mes nuits de sommeils en retard, mon corps affaibli, mes jours de jeûne, plus rien ne comptait, mise à part l'homme de ma vie. Alors, telle une princesse, je me laissais porter par mon mari jusqu'à notre chambre. Il n'y avait rien de mieux qu'un bon matelas et de bons draps douillets pour se retrouver. Mes bras vinrent s'enlacer automatiquement autour de sa nuque, alors que mes lèvres se perdaient dans son cou. Je ne pourrais pas me retenir bien longtemps. A peine posé sur notre lit conjugale que mes jambes vinrent enlacer sa taille et mes lèvres rejoindre les siennes dans un moment charnel et passionné.

Je ne me préoccupais pas de ce qu'il était en train de faire à côté jusqu'à ce que je sente ses doigts froids venir caresser mon entrée.Je ne pus m'empêcher de pousser un petit gémissement rauque, chose que je n'avais pas fait depuis longtemps. On utilisait rarement du lubrifiant, mais nous en gardions toujours au cas ou et là, c'était la chose la plus parfaite qu'il pouvait m'arriver. Je revivais, ça me faisait un bien fou. Je me collais encore plus à lui, alors que je lâchais délicatement ses lèvres. « Viens en moi » chuchotais-je à son oreille avant de la lui lécher sensuellement. « Je t'aime aussi »
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtest.faireunforum.com

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON   

Revenir en haut Aller en bas
 
Behind my smile there are loneliness {AIDEN & AARON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dangerous Smile
» Take a Smile ;)
» origine de votre pseudo
» Présentation sNipe_sCk
» Commandes DOS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Froum-test :: Votre 1ère catégorie :: Sans nom-
Sauter vers: